Les origines historiques de la propriété

 

Après avoir acquis la propriété des Couste, famille de magistrats opposée à la Ligue dont il subsiste aujourd’hui un bâtiment à colombages du 16ième siècle, Charles Christophe de Rossel seigneur de Cercy et son épouse Marie Anne Catherine font construire en 1773 l’hôtel particulier actuel, témoin du style néo-classique. 

Inspiré de l’Antiquité, ce style nouveau en réaction contre le maniérisme du baroque sous louis XV se caractérise par la simplicité, la mesure et l’élégance. 

Bien que nous ne connaissions pas le nom de l’architecte en charge de la construction, il semble qu’il ait été influencé  par François Soufflot dit le Romain, cousin germain du bâtisseur du Panthéon qui travaillait à cette époque sur la façade de la cathédrale. 

 

La famille de Rossel vit paisiblement dans cet hôtel situé dans le quartier épiscopal jusqu’à la Révolution. 

Après l’arrestation de Louis  XVI, Monsieur de Rossel (lieutenant des vaisseaux du Roi) prend, fin 1791, le chemin de l’exil, et gagne l’Allemagne pour s’enrôler dans l’armée des princes avec son fils ainé Louis Christophe de Rossel. Sa femme et son fils cadet restent dans leur demeure. 

 

Sur le fondement de la loi relative aux sujets suspects d’émigration, les envoyés du district procèdent le 7 mai 1792 à l’inventaire des biens (description détaillée des biens conservée aux archives départementales de l’Yonne). 

Pour satisfaire aux lois prescrivant la destruction des signes de féodalité, l’enlèvement du cartouche sculpté au fronton de la maison et portant les 3 tortues des armoiries des de Rossel a lieu en aout 1792 

 

Arrêtée en octobre 1793, Marie Anne Catherine de Rossel est emprisonnée à la Conciergerie. Accusée de correspondre avec l’ennemi, elle est guillotinée le 10 mai 1794 avec Madame Elisabeth, la sœur du Roi. 

 

L’hôtel est vendu comme bien national le 19 ventôse an III. 

 

Louis Christophe de Rossel âgé de 21 ans rejoint son oncle (le père de l’amiral Rossel) pour prendre part à l’expédition de Quiberon et tenter un débarquement des troupes royalistes sur les côtes françaises. 

Ils sont exécutés l’été 1795. 

 

Après avoir perdu sa femme, son fils et sa fortune, Monsieur de Rossel se retire à Versailles jusqu’à la fin de ses jours en 1824